Road-trip à moto dans le Morvan, notre repérage de l’itinéraire

Qu’est ce qui rend une région propice au road-trip moto ? Selon nous, c’est un savant mélange de paysages somptueux, de petites routes à virolos, d’une population accueillante et d’une richesse culturelle. Et, il faut bien dire que le Morvan coche toutes ces cases. Dans cet article, nous vous racontons notre repérage d’une balade en bécane au sein du parc naturel régional du Morvan, aux panoramas aussi incroyables que son histoire.
Alliant incontournables et jolies départementales, l’itinéraire finalisé issu de ce repérage figurera dans notre futur guide de road-trips moto en France. Bonne lecture !

Points d'intérêt

Récit de notre repérage de l'itinéraire moto dans le Morvan

Vézelay, Avallon et le château de Chastellux, une virée au Moyen-Age.

Tout débute à Vézelay située aux portes du parc du Morvan. Cette petite bourgade fortifiée est bâtie sur un promontoire haut perché surnommé la « colline éternelle ». C’est un village pittoresque mais très touristique et le lieu de rendez-vous des pèlerins de St-Jacques-de-Compostelle. Vézelay se dévoile au fur et à mesure de nos déambulations dans les ruelles grimpantes.

Au sommet, siège la basilique romane Sainte-Madeleine édifiée au XIIème siècle. Son esplanade offre un spectacle panoramique sur les vignobles et campagnes voisines. Magique ! Notez que la visite se fait uniquement à pied, des parkings sont situés en périphérie du centre piétonnier.

Cap maintenant sur Avallon, mais pas par n’importe quel chemin ! Nous arpentons des petites routes de campagne à travers le vignoble puis de grandes étendues cultivées vallonnées. Nous atteignons une section vraiment charmante lorsque l’on longe un petit ruisseau ponctué de moulins à eau. Ils sont aujourd’hui réhabilités en gîte, restaurant ou hôtel.

Avallon n’est pas un « village-musée » comme Vézelay. Elle est bien vivante ! Nous sommes envoûtés par l’abondance de ses jardins et son quartier historique. La collégiale du XIIème siècle, la tour de l’horloge et les demeures bourguignonnes du XVème siècle nous téléportent au Moyen-Age. Il ne faut pas oublier la vue époustouflante sur les vallonnements morvandiaux !

Petite halte pour contempler le château de Chastellux, malheureusement fermé (cause covid). Érigé sur un pic rocheux, il domine la Cure et notre route. Certains vestiges remontent à l’époque romaine et les constructions les plus anciennes de la forteresse datent du XIème siècle. Magnifique !

Un itinéraire virevoltant de lac en lac

En continuant sur la D944, la route nous offre de ravissants panoramas sur les environs et notamment sur le lac de Crescent. Notre coup de cœur ? Rouler sur le barrage hydroélectrique pour profiter d’un point de vue exceptionnel !

On en prend plein les mirettes en prolongeant notre aventure vers le sud. Ça monte, ça descend, ça virolote, le tout dans un décor splendide. Le lac de Chaumeçon vaut lui aussi le détour, notamment par la départementale qui le longe. Il y a la forêt d’un côté et l’étendue d’eau de l’autre. C’est somptueux !

L’éco-musée de la Maison du parc du Morvan

Après la traversée de forêts de résineux ponctuées des panoramas spectaculaires, nous rallions Saint-Brisson. Pourquoi est-ce un passage obligé ? Mais parce qu’on y trouve la Maison du parc du Morvan, pardi ! Une forte averse d’orage couplée à de bons conseils nous ont poussé à visiter l’éco-musée. Grand bien nous a pris d’y faire halte car il nous a captivé !

Qu’y apprend t-on ? Et bien l’histoire du Morvan, des gaulois jusqu’à aujourd’hui. On comprend aussi le rôle crucial de l’activité économique centrée autour du bois qui a complètement modelé le paysage. Saviez-vous que du XVI au XIXème siècle, c’est là que l’on produisait le bois de chauffage pour Paris ? Il était flotté jusqu’à la capitale : une à deux fois par an, un lâché de bûches était organisé. Elles étaient regroupées en radeaux, puis on ouvrait les vannes de certaines retenues d’eau. Voilà le genre d’anecdote qu’on apprécie découvrir.

En voilà une seconde : la pléchie vous connaissez ? Il s’agit d’une pratique locale qui consiste à créer des haies/clôtures vivantes en courbant et tressant les branches de noisetiers, cela s’appelle le plessage.

Forêt de résineux, panoramas montagneux et encore des lacs, on adore !

Nous avons maintenant rendez-vous avec une singularité géologique : le saut de Gouloux. Bon d’accord, on en rajoute un peu. Il s’agit seulement d’une petite chute d’eau, mais c’est plutôt unique dans les environs et la balade en pinède le long de la rivière est très sympa.

Après cette marche forestière, nous reprenons la route et c’est un régal. Une abondance insolente de virolos en forêt nous conduit au lac des Settons. Celui-ci est davantage orienté activités nautiques que ses frères. Puis, nous contemplons le flot très tranquille de l’Yonne au lac de Pannecière. Splendide !

Château-Chinon mérite aussi une petite visite. Pourquoi ? Pour son musée des cadeaux diplomatiques reçus par Mitterrand ? Entre autre… mais aussi pour ses points de vue magiques. Vous l’aurez compris, cette cité dont l’histoire remonte aux temps des gaulois, a aussi été bâtie sur un promontoire rocheux.

Le site archéologique gallo-romain de Bibracte

Avant dernière étape de notre périple : Bibracte, site archéologique renommé. La capitale du peuple gaulois des éduens dura l’espace d’un siècle entre le IIème et le Ier siècle avant notre ère. Cet oppidum (ville entourée de rempart) était un important centre artisanal et commercial. César y a même pris ses quartiers après sa victoire à Alésia.

En s’informant au musée, nous apprenons que la route qui traverse le site, menant au mont Beuvray, est ouverte aux véhicules. Super nouvelle ! (pour info, ce n’est pas le cas en juillet-août, mais il y a des navettes). Nous parcourons cet oppidum et faisons halte pour observer les nombreux lieux de fouille archéologique. On y prend la mesure de l’importance de cette cité à l’époque gallo-romaine.

Finalement, nous atteignons le sommet du mont Beuvray. Il offre un incroyable spectacle sur toute la région ! En cas de grand soleil (nous n’avons eu droit qu’à la pluie), il est possible de discerner le mont Blanc ! Vous imaginez ?

Autun ou Augustodunum, ville antique prestigieuse

Ultime étape de notre exploration morvandelle : la ville d’Autun. On y découvre une ville charmante avec un patrimoine riche. Plusieurs ouvrages témoignent de son passé remarquable tels que le théâtre et les portes gallo-romaines, la cathédrale St-Lazare, les bâtisses à colombage, l’hôtel de ville...

Enfin, nous nous rendons à la pyramide de Couhard. L’intérêt ne se trouve pas vraiment dans l’édifice, mais plutôt dans le splendide point de vue sur la ville avec sa cathédrale trônant fièrement.

Et voilà, notre repérage dans le Morvan touche à sa fin. Que retenir de cette région ? Pléthores de virolos, des panoramas montagneux, des forêts de résineux, des lacs gigantesques, une présence constante et luxuriante de la nature, une culture et histoire riche remontant aux gallo-romains, des habitants très accueillants,… C’est sans doute le lieu rêvé pour un voyage à moto. Vous l’aurez compris, le Morvan est absolument à inscrire dans votre To-Do list de motard-e ! Bonne route à toi !!
>> Voir les autres articles sur nos itinéraires et road-trips moto en France

3 commentaires sur “Road-trip à moto dans le Morvan, notre repérage de l’itinéraire”

  1. Salut Jérémy,
    Comme d’hab, super présentation de petits coins inconnus et surtout méconnus.
    Pourtant j’ai beaucoup bourlingué en France à moto, mais j’en découvre à chaque fois.
    Eric

  2. Salutàtous ,

    Marnais depuis la naissance , j’avais complètement oublié l’intérêt de ces coins de Haute-Marne , merci pour ce motivant rappel !
    Si le road book existe , je prends 😉

    (j’ai déjà pris l’option amortos Factory Shocks sur vos conseils éclairés , un bonheur)

    Jean-Mi

    1. Merci ça fait plaisir ! Notre objectif est justement de redécouvrir des coins oubliés ou mis de côté 🙂
      Le road book n’est pas encore sorti. Il est prévu pour avril 2022.
      Bonne journée !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *