Aller au contenu

Road-trip à moto en Ardèche

Il y a des régions, comme l’Ardèche, qui nous faisait de l’œil depuis un moment. Mais on se demandait quand même : est-ce vraiment un paradis pour motards ? A part les gorges, y a-t-il autres choses à voir ? Bon, et bien, nous n’avons point été déçus. Du début jusqu’à la fin, nous en avons pris plein les yeux. Fracture de la rétine sur fracture de la rétine. Parce que l’Ardèche, c’est aussi des villages à flanc de falaises incroyables ! Dans cet article, nous te racontons notre exploration depuis les Monts d’Ardèche jusqu’aux Gorges.
Alliant incontournables et jolies départementales, l’itinéraire finalisé issu de ce repérage (dont la trace GPS) figurera dans notre guide de road-trips moto en France « Week-end à moto, 50 itinéraires insolites en France » (publication en avril 2022, éditions Larousse). Bonne lecture !

Points d'intérêt

Récit de notre repérage de l'itinéraire moto en Ardèche

Gorges de la Glueyre

Nous débutons cette aventure au pays du Picodon aux Ollières-sur-Eyrieux. Pourquoi on adore ce village ? Pour sa douceur de vivre au bord du cours d’eau. Il règne ici une atmosphère paisible.

On attaque ensuite les gorges de la Glueyre. C’est absolument somptueux ! La route serpente le long des méandres de la rivière (enfin plutôt du ruisseau). Nous naviguons de monts en petites montagnes rocheuses couvertes de buissons. Le top ? Ces gorges sont nettement moins populaires que leurs consœurs du Vercors. Résultat : nous sommes les seuls à en profiter. Le pied !

Saint-Pierreville, nous voilà ! Sublime village perdu dans la vallée de la Veyruègne. Construit sur un versant de la colline, il offre de superbes points de vue sur les forêts environnantes. La spécialité du coin ? La châtaigne. Le village entier en est peuplé !

Du Lac Saint-Martial au Tchier de Borée

Nous repartons dans les montagnes sur une route qui nous régale de belvédères. C’est somptueux ! Au détour d’un virolo, nous apercevons au loin une retenue d’eau. Qu’est ce donc ? Le lac Saint-Martial : notre prochaine destination. La pause s’impose au bord de ce paisible étang. C’est tellement calme et reposant.

Après avoir traversé de splendides forêts, nous atteignons le Tchier de Borée. Quèsaco ? Une œuvre artistique où 70 pierres levées ont été disposées dans une prairie. Cette création mégalithique est censée représenter une sorte de calendrier universel. Bon, même si on n’est pas très calés en matière d’agenda cosmique, cela reste super impressionnant.

Du Mont Gerbier de Jonc au lac volcanique d’Issarlès

Prochaine halte : le mont Gerbier de Jonc. Et, là, il faut bien avouer que c’est étonnant. Pourquoi ? Ce dôme rocheux semble avoir été parachuté là au hasard. Il s’agit en fait d’un dôme de lave ! Sous nos pieds coulent trois sources d’eau qui sont au tout début de la Loire. D’ailleurs, l’appellation Gerbier de Jonc est assez insolite car il ne s’agit ni d’un gerbier, ni de jonc.

C’est en traversant de sublimes panoramas de prairies et de forêts que nous atteignons le lac d’Issarlès. Mais quelle beauté !! C’est assez étonnant de se dire que cette retenue d’eau est absolument naturelle. Il s’agit en fait d’un cratère de volcan de 97 hectares. Ce qu’on adore ? Il est entouré d’une petite plage de sable. On en viendrait presque à oublier qu’on est à 1000 m d’altitude.

Vogüé et Balazuc, deux villages coup de coeur

Après un saut spatio-temporel, nous voici téléportés à Vogüé. Pourquoi là et pas plutôt devant Jimi Hendrix à Woodstock. Déjà, parce que l’Ural ne permet que des bonds dans le temps assez limités et puis surtout parce que ce village est splendide. On adore évidemment son château avec ses quatre tours massives et aussi tout le vieux village avec ses maisons en pierre. « Plus beau village de France » ? On comprend rapidement pourquoi.

Cependant, c’est vraiment à Balazuc qu’on a pris une claque ! Il semble comme accroché à la falaise. C’est super impressionnant. En contrebas ? La rivière Ardèche. Le cadre est somptueux. Dans le village, on aime beaucoup ce dédale de ruelles, d’escaliers et de rampes. Un vrai labyrinthe de pierre. Mais Balazuc nous a réservé une autre surprise : son pont. On y jouit d’une vue exceptionnelle sur le village, la falaise de l’autre côté et puis la rivière. Incroyable !

Emerveillement à chaque virage
Personne ne nous avait prévenu, mais ici, c’est WOW à chaque virage ! On en fait trop ? Que nenni. Il n’y a qu’à voir la route qui part de Balazuc. Carrément creusée dans la montagne, elle longe l’Ardèche, avec de l’autre côté, une autre falaise ! Des airs de Jurassic Park. Puis, nous nous enfonçons dans un autre décor. Une abondance de petits monts recouverts de petits chênes blancs et de rochers. Des décors qui ne semblent pas particulièrement fertiles et qui nous rappellent un peu notre périple albanais.

Prochain arrêt : la terrasse panoramique de Fontgraze. Alors, de quoi s’agit-il exactement ? Et bien, c’est une plateforme qui permet d’observer les dolmens qui ont été construits dans le lit de cette rivière quasi-asséchée. Ces assemblages mégalithiques sont en fait des tombes ! On apprend aussi que cette zone abrite une faune bien particulière qui a su s’adapter au climat local très singulier à la fois aride et marécageux.

Nous quittons alors cette rivière de rochers pour nous enfoncer dans le bois de Païolive. Qu’a-t-il de spécial ce bosquet ? Et bien, on y navigue sur une route assez étroite qui serpente dans un dédale de gros rochers et de chênes blancs qui semblent redoubler d’efforts pour se faire une place. Complètement insensibles à cette lutte centenaire entre le minéral et le végétal, nous nous contentons d’admirer la beauté et le mysticisme des lieux. En sortant de cette forêt enchantée, le décor change radicalement : des vignobles à perte de vue ! Des panneaux nous indiquent alors que nous sommes sur les terres des AOC des vins d’Ardèche.

Les Gorges de l’Ardèche, c’est le ponpon !

Bon.. alors, maintenant les choses sérieuses commencent. Pourquoi ? Nous attaquons les Gorges de l’Ardèche. Une véritable merveille de la nature ! La route longe les méandres de la rivière offrant des points de vue incroyables sur les falaises blanches dont les parois les moins pentues sont complètement recouvertes de feuillus.On contemple les kayakistes qui, une centaine de mètres en contrebas, se laissent porter par le flot tranquille du cours d’eau. 

Arrivés au Pont d’Arc, on ne peut qu’être béat devant cette arche rocheuse qui enjambe l’Ardèche. Nous reprenons la route, les belvédères se suivent mais ne se ressemblent pas. Les points de vue sont systématiquement à tomber. Notre chouchou ? Le balcon des gorges des templiers. On peut y observer une boucle complète du cours d’eau, c’est magique.

Aiguèze, encore un superbe village ardéchois

Ultime étape de ce périple : Aiguèze. Ce somptueux « plus beaux villages de France » surplombe les gorges de l’Ardèche et domine les vignobles des côtes du Rhône. On peut imaginer pire décor, non ? Ce qu’on adore ici, c’est le chemin de ronde qui offre des points de vue géniaux sur le cours d’eau et toute l’atmosphère médiéval de ce village. Et puis, on n’est pas des bêtes, alors on s’autorise une bonne glace dégustée à l’ombre d’un platane sur la place du jeu de paumes. Parfait !

Des vignobles, des falaises, des gorges, des montagnes, l’Ardèche a de multiples visages. Le problème ? Chacune de ses facettes est plus belle l’une que l’autre alors il est juste impossible de savoir quel coin est notre favori. Tu l’auras compris, si tu n’as pas encore été posé tes roues au pays du Picodon, il est urgent de ne plus attendre pour y aller ! On te le recommande à 200% ! Bonne route à toi !!
>> Voir les autres articles sur nos itinéraires et road-trips moto en France

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

%d blogueurs aiment cette page :