Aller au contenu

Road-trip à moto dans les Pyrénées catalanes

Situées entre Andorre, l’Espagne et la Méditerranée, les montagnes des Pyrénées catalanes ont depuis toujours joué un rôle stratégique dans les guerres passées. On peut y admirer les ouvrages fortifiés des cathares ainsi que de Vauban, séparés par 500 ans d’histoire. C’est tout ? Mais non ! Ce parc national abrite aussi de véritables merveilles de la nature comme les gorges de Galamus, les orgues d’Îlle-sur-Têt ou encore l’étang de Leucate. Dans cet article, nous te racontons notre exploration des Pyrénées catalanes.
Alliant incontournables et jolies départementales, l’itinéraire finalisé issu de ce repérage (dont la trace GPS) figurera dans notre guide de road-trips moto en France. Bonne lecture !
>> Découvrir le livre : « Week-end à moto, 50 itinéraires insolites en France » (parution début avril 2022, éditons Larousse)

Points d'intérêt

Récit de notre repérage de l'itinéraire moto dans les Pyrénées catalanes

Tautavel, le berceau de l’humanité

Nous débutons ce road-trip catalan à Tautavel. Le nom résonne à tes oreilles ? Et bien c’est parce que l’on y produit un bon Côtes-du-Roussillon village, mais c’est surtout le berceau de l’humanité avec son célèbre musée de la préhistoire. Bon, on en rajoute ! Mais c’est bien là qu’a été découvert un de nos plus anciens ancêtres européens qui, 450 000 ans plus tôt, se demandait déjà sûrement comment faire fermenter le raisin.

Tu n’es pas trop porté homo erectus ? Saches que les paysages qui entourent cette ville valent le détour. Nous grimpons ensuite en altitude pour admirer les splendides panoramas des vallées viticoles blotties dans les montagnes. Magique ! Mais qu’aperçoit-on au loin ? La Méditerranée, pardi !!

Des forteresses et des yachts

Et nous voici maintenant à Salses-Le-Château pour notre première claque visuelle. Cette fortification semi-enterrée formant un carré de 100m de côté a été imaginée par le grand architecte espagnol Francisco Ramiro Lopez. C’est massif, gigantesque, super-impressionnant. Ce qu’on adore ? L’étonnant patchwork que constitue les murs avec ce mélange de pierres et de briques.

Nous contournons ensuite l’étang de Leucate. La route est assez rectiligne et roulante mais ça vaut le coup. Pourquoi ? Le point de vue entre l’étang d’un côté et la mer de l’autre. Le tout dans une atmosphère bling-bling, parce que le métier qui marche ici, c’est commerçant en yachts ! Puis, en approchant des Fénals, le cadre redevient plus sauvage. Nous nous posons alors à l’ombre d’un arbre pour contempler le ballet des véliplanchistes. Parfait !

Les cathares, ces constructeurs de l’extrême

Après avoir traversé de superbes paysages de montagnes rocheuses peuplées de cyprès et d’oliviers, nous pouvons maintenant observer le majestueux château d’Aguilar. Cette forteresse cathare du XIIème trône fièrement sur son éperon rocheux dominant la plaine de Tuchan.

Prochaine étape ? Cucugnan. Tu sais, le fameux village d’Alphonse Daudet avec son moulin et son curé ! Il a pour nous deux qualités. La première : il faut bien le reconnaître, cette bourgade plantée sur sa petite colline ne manque pas de charme. Et surtout, il est a deux pas du château de Quéribus. Encore une oeuvre des cathares ? Oui, monsieur ! Perché sur un étroit piton rocheux à plus de 700m d’altitude, on commence à se dire que ces dissidents chrétiens avaient de sérieuses compétences en construction de l’extrême !

Arrivés au pied du fort de Peyrepertuse, c’est confirmé : les cathares étaient des bâtisseurs hors-pairs. Même si l’ouvrage est aujourd’hui en ruines, il reste super impressionnant !

Les gorges de Galamus, une vraie pépite

Nous arrivons maintenant à notre fracture rétinienne de ce périple : les gorges de Galamus. Après celles de l’Ardèche, de la Glueyre, du Tarn, de la Jonte ou de la Dourbie, peut-on encore être surpris par ces routes à flanc de falaise ? Dam, oui !! La verticalité des roches est impressionnantes. On s’y sent vraiment comme dans un étau. Nous nous arrêtons alors sur le bas-côté pour admirer le spectacle. On ne va pas te mentir, ça fout carrément le vertige ! Si tu as l’occasion, nous te recommandons d’aller arpenter cette magnifique route en corniche. C’est absolument spectaculaire, on adore !

Puis après avoir suivi les courbes généreuses de l’Agly, nous nous arrêtons contempler les vestiges du pont-aqueduc d’Ansignan. Face à cet ouvrage, on ne peut que se demander : « que fait un édifice aussi monumental ici ? ». Il semblerait que personne n’ait vraiment la réponse…

Puilaurens, la quintessence de la construction militaire cathare

Nous savions les cathares experts en construction délicate. Mais force est de constater qu’ils ont repoussé les limites avec Puilaurens. Pourquoi ? Et bien, sa position géographique est juste sidérante. Bâti au sommet d’un éperon rocheux, son enceinte fortifiée épouse à merveille le socle de pierre sur lequel il repose. Cette cité militaire de montagne semble absolument imprenable !!

Trêve de bijoux créés par la main de l’homme, nous partons maintenant explorer une merveille de mère nature : les gorges de l’Aude ! Qu’adore t-on ? Parfois, les deux parois calcaires entre lesquelles nous serpentons ne sont espacées que de 10 mètres ! Les motards claustrophobes pourraient en avoir une petite suée. Au fil des méandres de l’Aude, nous voilà arrivés devant le lac de Matemale. Cette retenue d’eau artificielle permet de réguler le flot du fleuve. Enfin… en plus de produire de l’électricité, bien entendu !

Passons maintenant aux œuvres de ce cher Vauban

Prochaine étape ? Mont-Louis : la plus haute ville fortifiée de France ! Cette forteresse de Vauban a été bâtie à un endroit stratégique au carrefour de trois vallées. Tiens, au passage, si la région se nomme « Conflent », c’est justement parce qu’elle est à la confluence des vallées pyrénéennes. Bref… Pourquoi on adore ? Et bien, on peut y admirer tout le génie de l’architecte militaire. Pour l’anecdote, un dicton dit : « Ville assiégée par Vauban, ville prise. Ville défendue par Vauban, ville imprenable. » C’est quand même la classe, non ?

Après ce crochet, nous filons vers le col de la Llosa. Les décors des denses forêts de pins et des pâtures à vaches sont splendides. Puis après Ayguatébia-Talau, les choses sérieuses commencent. Pourquoi ? Nous empruntons une route de corniche à flanc de montagne. C’est vraiment étroit ! Assez pour un véhicule, mais pas plus et le ravin est abrupte. Alors entre deux contemplations des forêts environnantes, on se dit qu’il s’agirait de ne pas louper son virage !

Villefranche-de-Conflent, nous voilà ! Bon, alors, qu’a t-elle de spécial cette bourgade ? Et bien c’est une autre œuvre de ce cher vagabond du roi soleil. Cette ville fortifiée vaut absolument le détour pour ses sublimes remparts, sa grotte casematée et son fort Libéria qui domine le tout. D’ailleurs, il est d’usage de dire que le talent de Vauban consiste à savoir adapter les défenses d’une ville à sa situation géographique. Ce qu’on adore ici ? C’est que c’est particulièrement réussi !

Les cheminées de fées d’Ille-sur-Têt

Après avoir passé Eus, plus beau village de France et Montalba-le-Château avec son fort au sommet de la cité, nous rallions une nouvelle merveille de la nature : les orgues d’Ille-sur-Têt. Mais de quoi s’agit-il exactement ? Ce sont des cheminées de fée creusées par la pluie dans des falaises de sable et d’argile. C’est super étonnant, on adore ! Des airs de Bryce Canyon (enfin à échelle réduite hein).

Ultime étape de ce périple catalan ? Castelnau. Un sublime village bâti sur une colline avec à son sommet un château vicomtal et en toile de fond le mythique massif du Canigou. C’est magique !!

Et voilà, notre aventure dans les Pyrénées catalanes touche à sa fin. Qu’a t-on préféré dans cette région ? Son relief si particulier avec ses montagnes, ses gorges, ses routes en corniches. Et puis toutes les fortifications tantôt cathares, tantôt vaubanesques. Elles sont massives et impressionnantes, on adore ! Sur ce, on te dit à bientôt pour de nouvelles aventures ! Bonne route à toi !!
>> Voir les autres articles sur nos itinéraires et road-trips moto en France

3 commentaires sur “Road-trip à moto dans les Pyrénées catalanes”

  1. Salut les amis,
    N ‘hesitez pas de venir nous voir dans le Gard.
    Propriétaire de chambres d’hôtes sur la commune de Meynes proche du Pont du Gard ( 7kms), nous possédons une ural ranger.Nous suivons vos périples depuis le premier confinement COVID et nous sommes prêts à vous aider si vous passez près de chez nous.
    Amicalement
    Joëlle et Lionel CARRIÈRE

    1. Salut !
      Merci c’est très gentil !
      Nous ne serons pas en France avant quelques mois mais si nous passons dans le Gard à notre retour, nous penserons à vous sans hésitation.
      Bonne journée !!
      Marion et Jérémy

  2. Salut vous deux,
    décidément, on voyage avec vous !
    Après la Bosnie, nous voilà de retour dans les Pyrénées d’un coup de baguette magique informatique.
    Si elle pouvait faire voler Gobi de temps en temps, ça vous aurait bien rendu service dans la neige…
    J’attends le prochain épisode avec impatience.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

%d blogueurs aiment cette page :