Aller au contenu

Road-trip à moto en Turquie, Anatolie orientale et centrale (1/2)

    Turquie, nous revoilà ! Après avoir découvert la région de Marmara, s’être perdus dans Istanbul puis avoir arpenté les régions de la mer noire, nous nous aventurons maintenant en Anatolie orientale ! Au programme de cet article ? Le kurdistan turc, une cité arménienne millénaire, des reliques antiques, une piste piégeuse et des bivouacs aquatiques. Bonne lecture !

    Itinéraire de notre road-trip en Anatolie orientale et centrale

    Carte de notre Road-trip moto en Turquie, Cappadoce - URALISTAN

    Voyage en Anatolie orientale à moto, de la frontière géorgienne au lac de Van.

    Ani, la ville aux mille et une églises

    Nous voici de retour en Turquie pour découvrir l’Est du pays ! Nous reprenons notre exploration avec le fief de Flash McQueen : Kars. Une ville sympa, avec quelques jolies architectures ici et là. Mais c’est surtout le site archéologique UNESCO d’Ani qui nous intéresse. La « capitale de l’an mille ». Sous cet alias accrocheur se cache en fait les ruines d’une cité médiévale arménienne ! Capitale du royaume d’Arménie des Bagratides, cette ville fortifiée a accueilli jusqu’à 100 000 habitants.

    Une muraille, une mosquée, un palais, une église… il ne reste aujourd’hui que des ruines au milieu d’un décor désertique, surplombant un canyon. L’atmosphère y est unique. Ce qu’on admire ici ? La façon dont les bâtisseurs ont su exploiter le relief accidenté pour rendre la « ville aux mille et une églises » imprenable ! Vauban aurait été fier !

    Mont Ararat et Ishak Paşa, un palais labyrinthique

    Après un passage par Iğdir, nous longeons le mont Ararat. Recouvert de neiges éternelles, ce volcan éteint – et accessoirement le point culminant de Turquie – a vraiment quelque chose de mystique. D’ailleurs, tu connais la légende biblique ? C’est à son sommet, à 5137m d’altitude, que l’Arche de Noé est censée s’être échouée. On peut aussi ajouter que ce mont est le symbole de l’Arménie.

    Et nous voici au palais Ishak Paşa. Majestueux, immense, incroyable !! Les mots manquent pour qualifier la démesure de ce sublime labyrinthe. Ce qui nous impressionne le plus ? Le nombre de pièces : 366. Au passage, on note que 24 d’entre elles étaient réservées au harem. Le gouverneur de la province savait comment occuper les longues journées dans ce désert aride.