Aller au contenu

Road-trip à moto en Turquie, Anatolie orientale et centrale (2/2)

    Ah, la Cappadoce, voilà encore une région légendaire en Turquie. Les cheminées de fée, les montgolfières qui se bousculent dans le ciel, ça te dit sûrement quelque chose, non ? Durant des millions d’années, l’érosion a modelé la roche de tuf volcanique, donnant naissance à des formes surprenantes. Dômes, canyons ou encore des phallus géants peuplent la région. Peut-on rêver mieux que d’explorer cet endroit surréaliste fin novembre et en décembre sans touriste, puis de voir les paysages se transformer avec les premières neiges ? C’était incroyable ! Dans cet article, nous te racontons notre exploration de la Cappadoce à moto. Bonne lecture !

    Plongée à moto dans les paysages inouïs de la Cappadoce

    Soğanli, aux portes de la Cappadoce

    Nous débutons notre découverte de la région avec un lieu peu touristique en saison et complètement vide au mois de novembre. Il est situé à une 60aine de kilomètres au Sud des principaux sites. Quelle joie d’explorer les lieux en étant seuls (enfin seuls… on s’est quand même fait deux potes à 4 pattes). De quoi s’agit-t-il exactement ? Soğanli, autant être clair, arbore un décor carrément surréaliste.

    Ce village troglodyte est blotti dans une vallée aux allures de canyon. Des dizaines de bâtisses ont ainsi été creusées dans la roche. Les constructions les plus impressionnantes restent sans aucun doute les églises dont les volumes intérieurs sont parfois impressionnants. Alors on hésite : le décor ressemble-t-il davantage à la Guerre des étoiles ou au Seigneur des anneaux ?

    Soğanli, Cappadoce, Voyage moto en Turquie - URALISTAN
    Derinkuyu et Kaymaklı, deux villes troglodytes souterraines. Claustrophobes s’abstenir

    Nous voici maintenant à Derinkuyu, une cité souterraine remarquable. Cette ville se déployait sur 13 étages façonnés dans le sol meuble. Nous explorons ce labyrinthe minéral en arpentant les nombreux couloirs plus exigus les uns que les autres. On doit même se contorsionner pour accéder à certaines pièces.

    Mais pourquoi diantre creuser des couloirs aussi étroits ? Pour ralentir les soldats en cas d’attaque. Car si les chrétiens grecs se sont installés à 85m sous terre, ce n’était pas par pur plaisir spéléologique, mais bien pour éviter de se faire étriper par les sbires de l’empire romain. Pas folle la guêpe ! Seule ombre au tableau : sous le plancher des vaches, la lumière du soleil est inexistante. Sécurité ou vitamine D, il a fallu choisir.