Aller au contenu

Road-trip à moto dans les Vosges du Nord

Des forêts sombres de la ligne Maginot aux vignobles vallonnées de la plaine d’Alsace, le nord des Vosges nous a gâtés de paysages géniaux. Ce qu’on a adoré ? Les forêts noires de sapins qui ne semblent jamais finir, les villages médiévaux, les vestiges de l’histoire liés à la seconde Guerre Mondiale. Notre coup de cœur ? Le plan incliné de Saint-Louis-Arzviller. Une sorte de gigantesque ascenseur à bateaux. Super impressionnant ! Dans cet article, nous vous racontons notre exploration du parc naturel régional des Vosges du Nord.
Alliant incontournables et jolies départementales, l’itinéraire finalisé issu de ce repérage (dont la trace GPS) figurera dans notre guide de road-trips moto en France « Week-end à moto, 50 itinéraires insolites en France » (publication en avril 2022, éditions Larousse). Bonne lecture !

Points d'intérêt

Récit de notre repérage de l'itinéraire moto dans le parc naturel régional des Vosges du Nord

Le vignoble alsacien

On débute ce périple à Dambach-La-Ville. Une charmante petite bourgade médiévale avec ses remparts et ses maisons à colombages colorées. Ce qu’on adore ? L’église Saint-Etienne avec ses murs en grès rose des Vosges. Nous quittons Dambach par une sublime route au cœur du vignoble. Ces petites départementales de campagne sont nos préférées. Pourquoi ? Le décor y est magique, c’est légèrement vallonné, on discerne les chemins d’exploitation entre les rangs de vigne. Quel pied !

Quand nous atteignons Itterswiller, l’hôtel Kieffer nous saute aux yeux avec sa structure tout en bois et son abondance de géraniums rouges et blancs. Un vrai cliché alsacien ! Après un rapide passage par Mittelbergheim, on profite d’un joli point de vue sur le château de Spesbourg. Forteresse du XIIème avec son donjon de 24m de haut !

Visite du centre européen du résistant déporté, ancien camp de concentration de Natzweiler-Struthof

Nous nous enfonçons ensuite en forêt et là, ça devient carrément mystique. Pourquoi ? La route est au cœur d’une abondance de sapins filtrant le peu de lumière. Le décor très sombre est quasi-flippant. Parfois, les arbres ont été abattus, laissant une énorme brèche dans la forêt. Le sol y est alors recouvert de fleurs roses, style digitales, offrant un contraste saisissant.

La drache tombe sérieusement, nous sommes trempés. Au détour d’un virage, on voit se profiler sous la pluie une espèce d’énorme voile blanc crème. Moment irréaliste. Mais de quoi s’agit-il ? Un mémorial dominant le Struthof, le centre européen du résistant déporté. Nous passons la nuit au camping « Au bord de Bruche » pour attaquer la visite le lendemain par temps sec. Le spot est super au bord du cours d’eau !

Comment se passe la visite de ce mémorial ? Et bien, après avoir passé un grand portail en bois tressé de barbelé, nous explorons cet ancien camp de concentration. Une potence surplombe le site et toutes les infos sont glaçantes. On y apprend les diverses sanctions infligées aux détenus ainsi que l’organisation du camp avec sa cuisine, ses baraquements, son laboratoire… Nous découvrons aussi le sort qu’attendait les personnes au statut «nuit et brouillard », vouées à disparaître.

Plan incliné de Saint-Louis-Arzviller, l’ascenseur à bateaux

On reprend la route, ça virolote dans tous les sens à travers des forêts de hauts résineux. Au sommet du Donon à 1000m d’altitude, on déguste de somptueux panoramas sur les montagnes alentours complètement boisées.

Prochaine étape : le plan incliné de Saint-Louis-Arzviller. Quèsaco ? Un gigantesque ascenseur à bateaux. Il fut un temps où le trafic fluvial était important. Il y avait alors 17 écluses pour absorber la déclivité. Cela nécessitait une journée de passage. Ce monte-charge géant réduit cette grimpette à 20 minutes ! On se faufile alors dans la salle des machines pour observer les énormes galets qui entraînent les câbles. On adore !

La Petite Pierre et danses folkloriques

Halte suivante ? La Petite Pierre. Une charmante bourgade bâtie sur un piton rocheux. Anciennement un carrefour commercial important, c’est aujourd’hui une commune très agréable à visiter avec notamment son château qui offre de jolis points de vue. Le comble ? On assiste à un défilé de personnes en costumes traditionnels alsaciens qui entament des danses folkloriques. C’est génial !

En redescendant, nous admirons un changement de décor. Fini les montagnes boisées, bonjour les vastes étendues cultivées !

A Mouterhouse, on s’accorde un petit moment de détente au bord du Grand Étang. Un cadre magique avec des maisons de plain pied au premier plan et juste derrière de denses forêts de sapins. On trouve ça tellement beau ! On décide alors de partir explorer la forêt domaniale par les petites routes. Un décor génial mais des routes dans un état pas terrible. L’avantage ? Nous sommes les seuls à profiter de ces ambiances magiques. Ça change de nos aventures au ballon d’Alsace où la population d’excités motorisés est dense !

Au Pays de Bitche

Nous arrivons alors à Bitche. Pourquoi on adore ? Sa gigantesque citadelle Vauban domine fièrement. Super impressionnant ! Nous n’avons pas le temps de visiter mais ça doit valoir le coup. A la sortie de la ville, nous traversons son vaste camp militaire : Bitche Camp. Le décor ? De longues routes rectilignes bordées de hauts sapins, de prairies en friches et au loin des collines boisées ! On y rencontre des vaches, type Highland, introduites ici pour défricher tout ça.

Prochain arrêt : le château de Fleckenstein ! Une magnifique forteresse construite sur son éperon rocheux. Mariage entre de gros rochers existants et les murs en briques du fort. Une sorte d’osmose forcée mais carrément réussie. En faisant le tour du château par la forêt, on découvre grâce à des panneaux pédagogiques le métier de Charbonnier. Très populaire à l’époque.

Château de Fleckenstein - Voyage moto dans les Vosges du nord et en Alsace - URALISTAN
Séance photo avec une moto Triumph Bonnevile T100 de la Concession Triumph Bourges
La ligne Maginot

Nous passons ensuite par l’ouvrage militaire de Fours-à-Chaux. De quoi s’agit il ? D’un immense bunker en béton sur la ligne Maginot. Un soldat tête en l’air a oublié son tank juste devant. C’est l’occasion de prendre un cliché d’anthologie ! Puis nous continuons avec le fort de Schoenenbourg et son parcours souterrain de 3km !

Nous prolongeons le périple avec la visite du centre-ville de Strasbourg. Gros coup de cœur ! On y retournera avec plaisir. L’ambiance y est dynamique et le cadre superbe avec la cathédrale gothique de grès rose, le quartier de la petite France et ses maisons à colombages, l’omniprésence de l’eau.

Notre exploration du parc naturel régional des Vosges Nord et de l’Alsace touche à sa fin avec pas moins de 300 km de roulage. Notre coup de cœur ? Les routes forestières viroleuses à l’atmosphère mystique, les vestiges bouleversants de la seconde Guerre Mondiale, les villages alsaciens dépaysants… Une région idéale pour un road-trip moto. Bonne route à toi !!
>> Voir les autres articles sur nos itinéraires et road-trips moto en France

4 commentaires sur “Road-trip à moto dans les Vosges du Nord”

  1. Bonjour Jérémy
    Nous étions par là-bas cet été, mais pas en side. Ma compagne n’est pas encore assez aguerrie pour faire le trajet A-R pays bigouden-Kaysersberg.
    nous avons rayonné et visité le vignoble, Colmar, Mulhouse… A Strasbourg, un bateau qui bouchait la rivière et nous a obligé à finir le circuit à pied sous la pluie et nous a permis de découvrir des petites ruelles que nous n’avions pas vues précédemment et un petit resto où nous avons mangé comme des ogres.
    Comme nous marchons beaucoup, nous sommes montés au Mont Sainte Odile à pied, avons fait le tour du lac noir, le tour du grand ballon par 7 degrés…
    C’est vrai que les routes que tu décris m’ont fait regretter de ne pas être venu en sidecar. Peut-être une autre fois…
    Encore merci pour tes articles et tes photos.

    1. Salut Eric,
      Après avoir lu ton commentaire, il semble évident que visiter cette région à pied présente un intérêt certain 🙂 🙂
      Ne serait-ce que pour se dire « après avoir marché autant, on a bien mérité de prendre 3 plâtrées d’escargot de viande ».

      Étant de retour sur Nantes, on a maintenant plus de temps pour rédiger des articles et monter des vidéos.
      Les premières devraient sortir bientôt, n’hésites pas à nous faire tes remarques dessus 🙂

      Bonne continuation à toi !
      Marion & Jérémy

    1. Merci beaucoup pour ton message !!
      Maintenant qu’on a un peu de temps, on va pouvoir se consacrer davantage à la rédaction d’articles.

      On espère que les autres aussi te plairont 🙂
      Bonne route à toi !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

%d blogueurs aiment cette page :