Aller au contenu

Comment faire l’entretien et la maintenance de son sidecar Ural lors d’un road trip ?

    Qui veut aller loin ménage sa monture. Plutôt intemporel comme adage, non ? Il prend tout son sens quand la monture en question est un side car Ural. La bête soviétique est robuste comme un ours de Sibérie, mais requiert quand même un peu d’attention 🙂
    Dans cet article, nous allons voir comment prendre soin de cette machine russe lors d’un voyage. Que vérifier le matin avant de partir ? Quels points inspecter après une session tout-terrain ? Comment lui parler gentiment pour ne pas la brusquer ? Toutes les réponses sont dans cet article.
    Bonne lecture à tous et n’oubliez pas : un bon Ural est un Ural bien gras !
    Révison hebdomadaire, faire l'entretien de son sidecar Ural

    Quelques conseils et précisions

    Pourquoi faire un article sur comment maintenir un Ural ?

    Il suffit de suivre les préconisations constructeur, non ? La réponse est oui pour une utilisation type « balade du dimanche ». Mais cet article évoque un autre contexte. Celui d’une utilisation quotidienne et intensive lors d’un voyage au long cours comme par exemple notre future boucle France-Mongolie de 35 000 bornes.

    Le scénario où l’on se retrouve en rade au milieu des steppes mongoles ne nous tente pas trop. C’est pourquoi, nous avons déjà rédigé un article sur « comment bien préparer son Ural avant un road trip ». Assez logiquement, nous abordons le sujet suivant « comment bien entretenir sur URAL pendant un road trip ». Et qui sait ? Peut-être rédigera-on un article « comment bien réparer son URAL après s’être mis à l’envers pendant un road trip » ? Je ne l’espère pas.

    L’objectif n’est pas de passer son temps à bidouiller son Ural mais bien de de vérifier le minimum pour éviter les soucis. Car à trop en faire, il est probable que l’on provoque la casse !

    Vérifier les traces d'huile moteur, faire l'entretien de son sidecar Ural
    ©www.imz-ural.com

    Quelle inspection hebdomadaire dois-je faire ?

    Les pilotes d’avion ont l’habitude de faire une visite pré-vol avant chaque décollage. Bon, après, les risques d’avoir un coucou mal entretenu ne sont pas les mêmes qu’un ural qui manque d’huile, non ?

    C’est pourquoi, on va se contenter d’une inspection visuelle hebdomadaire sans mettre les mains dans le cambouis. Juste vérifier.

    L’idée est de faire le tour de l’Ural, dans le sens anti-horaire en commençant par la roue avant.

    Pourquoi tant de rigueur me direz-vous ? Pour être sûr de ne rien zapper. Un peu comme l’inspection qu’on vous a conseillé lors de l’achat d’un Ural d’occasion.

    Niveau huile moteur, , faire l'entretien de son sidecar Ural
    ©www.imz-ural.com