Passion road trip moto

Nous avons testé rouler en tour moto organisé par une agence

Marion et moi, nous sommes adeptes des road-trips en liberté, notre prochain projet Uralistan en est un bon exemple. Bretagne, Pays de Galles, Laos, nous avons toujours roulé avec la tente et sans itinéraire précis. Eh oui, pourquoi passer par une agence quand on peut rouler en totale autonomie ?

Mais notre prochaine aventure semblait délicate à organiser : gravir le plus haut col carrossable du monde dans le Ladakh. Une région tendue politiquement, une météo peu clémente, un planning serré et des altitudes étouffantes pour les motos.

Nous avons donc franchi le pas et fait appel à une agence. Dur choix pour des aventuriers férus d’improvisation et habitués à voyager à leur propre rythme. Comment ça s’est passé ? Est-ce qu’on s’est fait c**** ? Y a-t-il eu des pépins ? On vous dit tout dans cet article !

Tour moto organisé au Ladakh

Pourquoi sommes-nous passés par une agence pour rouler dans l'Himalaya ?

La raison principale, c’était notre planning serré.

On avait exactement 14 jours pour se rendre en Jammu-et-Cachemire, parcourir l’Himalaya à moto, gravir les différents cols dont le Kardhung La, et revenir. Autant dire que la marge de manœuvre était faible. L’avantage de passer par une agence, est qu’elle a les contacts sur place, elle peut anticiper d’éventuels problèmes et gérer tous les imprévus. Pas de mauvaise surprise, pas de retard, pas de réservation annulée.

Road trip moto organisé dans l'Himalaya
Voyage moto en Inde
Deuxième point, la garantie de rouler avec une moto en bon état.

On n’avait pas vraiment envie de passer par un loueur et de tomber en rade au bout de 100 bornes à 4000m d’altitude. On ne croise pas beaucoup de garages dans ces contrées. Nous avons roulé sur des motos Royal Enfield Himalayan ayant déjà prouvé leurs aptitudes à parcourir les toits du monde. De plus, pendant tout le tour, nous étions accompagnés par un 4×4 d’assistance et des mécanos qui chouchoutaient les bécanes tous les jours. Plutôt pratique 🙂

Troisième point, la région est particulièrement tendue.

Pourquoi ? Le Jammu-et-Cachemire est ou était une région autonome, officiellement sous gouvernorat indien, mais majoritairement musulmane. Culturellement, les habitants Cachemiris se sentent plus proches de leurs voisins pakistanais. Toutes les conditions sont réunies pour une guerre civile et les émeutes y sont fréquentes. Comment dire… On n’avait pas trop envie de se retrouver au milieu d’un soulèvement de population.

L’agence pouvait nous informer si le climat était tendu ou non et en cas de dégradation, elle savait comment gérer l’aspect sécuritaire. A fortiori, on ne regrette absolument pas ces précautions. Car, 15 jours après notre retour, le gouvernement indien a révoqué l’indépendance de la région. Les Cachemiris ont plutôt mal pris la chose. Du coup, couvre-feu et expulsion de tous les touristes et étudiants non-résidents dans la région. On a eu chaud !

Dernier point qui nous a décidé : le prix.

600€ pour tout le tour (prix motard). Il comprend la bécane, le guide, l’assistance 4×4, et les hébergements. Une fois sur place, ne reste à payer que l’essence, les repas et les bières :).

Préparatifs avant le tour : qu’est ce qui nous a fait flipper ? Qu’est-ce qu’on a apprecié ?

Le choix de l’agence s’est fait par le bouche à oreille.

Nous avons fait confiance à une connaissance et on a eut raison. Elle nous avait dit : « si vous roulez en Inde, roulez avec Ride Of My Life. Ils sont pros, s’occupent de tout, c’est pas chers et les itinéraires sont oufs. Résultat, dans la semaine qui a suivi, on les contacté, 2 ou 3 échanges d’email et on a réservé notre tour moto.

A chaque mail que nous envoyions, nous recevions une réponse dans l’heure. La réactivité c’est toujours bon signe ! On avait un peu peur que ça change après avoir payé le tour, mais non. Comment on réserve les bus ? Quel hôtel vous conseillez ? Comment faire le visa ? On n’a pas lésiné sur les questions et ils nous ont toujours répondu.

Enfin, ils sont très pros. Envoie de la Checklist des affaires à ne pas oublier, informations sur le mal des montagnes, permis international, assurance perso, etc… Résultat, arrivé sur place, on se sentait archi-prêt !

Malgré tout ça, nous avions quand même des craintes.

Et oui, ça sera notre première fois ! Nos doutes étaient surtout liés à la taille du groupe. 13 motos, 16 motards, c’est énorme non ? Forcément, la liberté de mouvement va être un peu limitée. Mais à quel point ?

Ensuite, le rythme de la journée. Quand on roule en autonomie, on s’arrête quand on veut. Enfin, surtout dès qu’on a mal au séant. Dans le planning du tour, c’était 7-8 heures de roulage minimum par jour. Est-ce qu’on va en avoir marre ? Est-ce qu’on va pouvoir faire des pauses ?

Notre dernière crainte concernait la proportion de tout-terrain. 13 motos avec seulement 3 duos, on se disait qu’on allait galérer sur les sections off-road et ralentir tout le monde. Est-ce qu’on part avec des tarés du guidon ? Des enduristes qui trouvent du plaisir qu’avec la poignée dans l’angle ? Et de manière plus générale, est ce qu’on ne va pas rouler qu’avec des gros c*** ? C’est une éventualité à envisager.

Comment s'est déroulé le voyage moto organisé ? Quels sont les points forts et faibles ?

Toutes ces craintes et tous ces doutes, qu’est ce que ça a donné pendant le tour ?

Commençons par les points positifs. Le gros plus : l’itinéraire.

C’était juste incroyable. Un jour tu as l’impression de rouler dans des plaines irlandaises, le jour d’après, t’es dans le désert du grand canyon. Et entre temps, t’as fait de l’off-road dans des steppes mongoles ou entre 2 murs de neige. Aucune journée ne se ressemblait, c’était fantastique. De plus, la proportion de tout-terrain était parfaite.

L’assistance mécanique était aussi un atout majeur.

Surtout quand je me suis gaufré dans un torrent d’eau glacé  sur le plus haut col du monde. C’est typiquement le truc qu’aurait pu être un calvaire si on était en autonomie ! t’imagine, t’es à 5400m d’altitude, il neige, le mal des montagnes arrive, et ta moto veut plus redémarrer ?

Le fait d’être guidé évidemment apporte énormément.

Manish, notre guide indien nous a donné la vision du local. Nous avons pu lui poser des milliers de questions. C’est aussi lui qui s’occupait de nous faire passer les innombrables check-points tenus par les militaires (zone sensible). Vu que les locaux ne parlent pas un mot d’anglais, c’est quand même une sacrée aide et un gain de temps énorme.

Le meilleur pour la fin : la gestion du convoi de 13 motos.

Ça nous faisait u peu peur au départ et on se demandait si l’on allait être tout le temps être les uns sur les autres, rouler en formation serrée… Et bien, pas du tout ! Le concept est simple mais génial. Le guide ouvre la voie à une bonne allure. Le véhicule d’assistance ferme la route. Et entre les deux, il peut y avoir 1 heure ! L’espace entre deux motos est donc considérable. Il nous ait arrivé de ne voir personne pendant des heures. Et pour ceux qui veulent avoiner, il suffit de coller la roue arrière du guide.

Road trip en Royal Enfield au Ladakh - 2019
Nous arrivons aux points négatifs

Évidemment, nous étions en groupe suivant un itinéraire avec des points de chute tous les soirs. On ne pouvait donc pas en sortir. Une piste tentante au bord de la route ? Et bien tant pis, il faut filer et ne pas perdre le reste des motards. Ça peut être une contrainte, mais honnêtement, la diversité du parcours fait qu’on n’a pas eu envie de s’échapper.

Dans un groupe de 16 motards, si tu tombes sur des relous, ça te plombe ton trip. Dans notre cas, nous avons eu de la chance, nous avons fait des super rencontres. Mais autant de participants, c’est autant de chance de rouler avec un gros c**. C’est aussi le prix à payer pour justement que ton tour ne coûte pas cher.

Quel est le bilan de ce road trip moto organisé par une agence ?

Archi positif ! On a payé 600€/personne pour 10 jours de moto dans des paysages incroyables. Et en prime, on a gravi le plus haut col du monde. A ce prix-là, tout motard devrait le faire 😊

Est-ce qu’on repasserait par une agence pour un prochain trip ? Pas sûr, nous restons des fanas de l’improvisation. Cependant dans cette région du monde et dans temps qui nous était imparti, l’encadrement prenait tout son sens.

Road trip moto organisé dans l'Himalaya
Mais pour nos futures aventures, rouler en autonomie reste un plaisir incroyable. Alors que ça soit en solo, en couple, entre amis, ou en groupe, à vous de trouver ce qui vous plaît le plus !! Bonne route à tous !
>> Lire l’article sur comment je me suis gaufré dans l’eau glacée lors de l’ascension du plus haut col du monde.

2 commentaires

    • admin1206

      Ah ah 🙂 C’est pour ça qu’on est passé en direct par une agence locale.
      On les a choisit parce qu’une connaissance avait déjà fait un tour avec eux et nous les avait chaudement recommandé.
      L’avantage de passer par une plateforme type Vintage Ride, c’est que tous tes échanges se font en Français.
      Et le guidage est francophone aussi non?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :