Aller au contenu

Road-trip à moto dans les Baronnies

Le parc des Baronnies abrite quelques superbes pépites comme le mont Ventoux, les gorges du Toulourenc, ou encore Montbrun-les-bains. Mais comme nous sommes gourmands, pourquoi ne pas ajouter à ces joyaux des champs de lavandes, les vignobles de Die ou encore les gorges de la Roanne ? Nous voilà donc partis pour un périple de Sault à Pontaix en passant par le géant de Provence. Une aventure où, sans exagérer, on a adoré chaque kilomètres. Dans cet article, nous te racontons notre exploration des Baronnies dans la Drôme.
Alliant incontournables et jolies départementales, l’itinéraire finalisé issu de ce repérage (dont la trace GPS) figurera dans notre guide de road-trips moto en France. Bonne lecture !
>> Découvrir le livre : « Week-end à moto, 50 itinéraires insolites en France » (parution début avril 2022, éditons Larousse)

Points d'intérêt

Récit de notre repérage de l'itinéraire moto dans les Baronnies

Direction le Mont Ventoux

Nous débutons ce périple à Sault, un sublime village perché entouré de champs de lavandes. Plutôt une belle entrée en matière, non ? De là, nous quittons ces paysages que nous avons tant aimé lors de périple dans le Luberon, pour découvrir des décors nettement plus boisés avec des sapins et des chênes.

Prochaine étape ? Le mont Ventoux. Il est marrant de voir comment doucement, la végétation s’efface en prenant de l’altitude. L’ascension est un pur régal : une déclivité raisonnable, une succession de virolos assez larges et une route en parfait état. On fait donc la montée pépère en 3ème en profitant à fond des paysages. Arrivés au sommet, on se rend compte que le géant de Provence a quand même le crâne bien dégarni. Tout n’est que caillasse, lunaire. C’est super impressionnant ! On a la sensation d’être en plein désert alors que la drache est bien là.

Des gorges du Toulourenc à Montbrun-les-Bains

Prochaine étape ? Les gorges du Toulourenc. Mais quelle merveille !! La route serpente entre les montagnes avec les roches grisâtres d’un côté et la vallée viticole et lavandière de l’autre. Un spectacle !

Nous continuons à longer le cours d’eau jusqu’à Montbrun-les-Bains. En approchant du village, on ne peut que tomber sous le charme de cette cité médiévale perchée sur sa colline. Il y a des airs de seigneurs des anneaux avec ces hautes maisons à 6 niveaux et les ruines des tours du château qui nous surplombent. Montbrun, ville guerrière ? Et bien, il fut un temps où se fut une ville fortifiée. De nos jours, l’ambiance est nettement plus détendue car c’est une ville thermale. Les commerces, campings et restaurants vivent donc au rythme des cures.

Il nous faudra deux assauts pour gravir le col du Perty

Il est temps pour nous de nous lancer à l’assaut du col du Perty. Mais tout ne se passe pas comme prévu. Pourquoi ? L’orage éclate. La pluie n’est pas un souci, on n’est pas fait en sucre, mais le tonnerre, c’est une autre histoire. On a l’étrange sensation que plus on monte, plus l’épicentre est proche. Bon… il s’agirait de ne pas finir carboniser. Alors, nous faisons demi-tour et partons nous abriter au camping le plus proche. Il faut dire que le hasard fait bien les choses car nous atterrissons au camping Les Catoyes. Un lieu génial avec une grange couverte où l’on peut y boire des bières locales et déguster des pizzas préparés par le tenancier. Que demander de mieux par cette météo apocalyptique ?

Le lendemain, à la faveur d’une éclaircie, nous repartons à l’assaut du col. La visibilité est pourrie, mais au moins on ne risque pas de se prendre un éclair sur le coin de la tronche. Des troupeaux de virages en épingles puis nous atteignons le sommet. Le décor ? Euh, on ne voit pas à 20 mètres, alors c’est difficile à décrire… On ne peut pas gagner à tous les coups.

3 pépites : Saint-Auban-sur-l’Ouvèze, Bellecombe-Tarendol, Col du Soubeyrand

Nous faisons une pause café bien méritée à Saint-Auban-sur-l’Ouvèze. On a adoré ce petit village typique du coin avec toutes ses maisons en pierre. Un charme fou !

En approchant de Bellecombe-Tarendol, on découvre avec joie une particularité géologique : la roche est noire. De la pierre volcanique ? Peut-être. En tout cas, c’est étonnant d’observer ses collines avec leurs entrailles sombres.

Nous franchissons maintenant le col de Soubeyrand avec ses panoramas de folie à 994m. De retour à une altitude plus raisonnable, nous faisons halte au plan d’eau du Pas des Ondes. Quésaco ? Un petit lac au milieu des collines. Le lieu est vraiment charmant car les eaux sont d’un bleu exquis et le cadre est somptueux.

Gorges de la Roanne

Pas le temps de trop s’y attarder car nous avons un rendez-vous. Avec qui ? Avec la Roanne, pardi !! Cap à Saint-Nazaire-le-Désert. De là, ce n’est qu’un pur régal ! On roule sur une route en corniche creusée dans la roche avec en contrebas le cours d’eau. Dans ces gorges, le fleuve est d’un bleu laiteux et son lit est constitué de pierres à la blancheur immaculée. Le spectacle est sublime. Au coucher du soleil, les paysages deviennent carrément surréalistes avec ses montagnes verdoyantes qui semblent absolument sauvages, vierges de toute trace humaine. On se croit alors sur une île déserte à la sauce Jurassic Park. On scrute avec attention ce décor, mais à notre grand regret, aucun ptérosaure ne fait son apparition.

Vignoble de la Clairette de Die

Nous continuons à profiter de la magie des gorges de la Roanne jusqu’aux environs de Vecheny où nous rejoignons la Drôme. Le décor change alors radicalement. La bonne surprise ? Nous entrons sur les terres du vignoble de la Clairette de Die. Tout le long du cours d’eau, on peut admirer une fresque géniale composée de rangs de vignes et de montagnes rocheuses. Quel bonheur !

Enfin, nous terminons ce périple à Pontaix. Ville célèbre pour ses éponges à gratter ? Presque ! Mais surtout pour ses hautes maisons en bord de Drôme. Au sommet du bourg trônent les ruines de l’ancien château fort et de son donjon du XIIIème siècle. Un spectacle du plus bel apparat.

Alors qu’a t-on préféré lors de cette aventure ? Évidemment, nous avons adoré les décors lunaires singuliers du mont Ventoux. Et surtout, notre coup de cœur va à la diversité des paysages entre champs de lavande typiques de Provence près de Sault, montagnes boisées le long des gorges de la Roanne pour finir par les vallées viticoles en approchant de Die. Une aventure aux multiples facettes qui nous a régalé du début à la fin ! Bonne route à toi !!
>> Voir les autres articles sur nos itinéraires et road-trips moto en France

2 commentaires sur “Road-trip à moto dans les Baronnies”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

%d blogueurs aiment cette page :