sidecar Ural - détail technique
Préparation du road-trip side car

Comment vérifier un side-car Ural d’occasion ?

15 000€, c’est le prix d’environ 6 190 bouteilles de 33cl de Triple Karmeliet et de 3 448 paquets de cacahuètes grillées de 250g achetés en grande surface. C’est aussi en moyenne ce que coûte un sidecar Ural neuf. Acheter d’occasion semble donc être une excellente alternative, surtout vu la décote rapide de certains modèles.

Mais le marché de l’occasion paraît un peu risqué, non ? Pour une bécane sportive, ça l’est un peu. Mais bonne nouvelle, pour un Ural, beaucoup moins 🙂 Vous avez vu beaucoup d’uralistes faire des wheelings ? Des burns ? Non. La balade dominicale, usage principal de l’Ural, n’est guère sollicitante.

Comme prudence est mère de sûreté, dans cet article nous vous disons comment vérifier un side-car Ural d’occasion avant de l’acheter. Bonne lecture !

Contrôlez l’aspect général du sidecar et de son vendeur

L’état général du sidecar dépend de l’utilisation qu’en a son propriétaire. Il est donc crucial de discuter avec lui. L’a t-il souvent utilisé ? A-t-il voyagé avec ? A-t-il fait de la piste ? S’il vous répond qu’il ne le sort que le dimanche pour aller chercher le pain avec les enfants, c’est bingo ! Par contre, s’il s’en sert pour s’aventurer dans les pistes de forêts, il faudra s’attendre à de l’usure prématurée.
Questionnez le ensuite sur l’entretien du véhicule. L’a-t-il fait réviser récemment ? Si oui, demandez la facture. Tous les combien de kilomètres l’huile est-elle changée ? S’il répond tous les 3000 km, c’est correct. A-t-il apporté des modifications perso ? Le carter d’huile est-il de grande capacité ?

Ensuite, on attaque la vérification juste visuelle. Pour ça, on fait le tour du véhicule. Commencez par regarder le kilométrage. Correspond-il à l’annonce ? Si possible, privilégiez les modèles avec moins de 15 000 bornes. On fait donc le tour du véhicule en cherchant d’éventuels pocs dans la carrosserie, des rayures, de la peinture qui a sauté, etc… On va aussi être super vigilant à la présence de rouille, surtout sur les échappements. Parce que bien souvent, si c’est rouillé à l’extérieur, ça veut dire que c’est rouillé dedans aussi. Ce qui revient à dire qu’une partie de la ligne est morte.

Cette inspection visuelle est cruciale : elle vous donne une idée du soin que le proprio apporte à son véhicule.

Étude plus approfondie pour vérifier un side-car ural avant achat...

Là on commence à parler technique… Pour ne rien louper, on va faire le tour du véhicule en commençant par la roue avant.

Vérifiez l’usure du pneu. Elle doit être légère et régulière. Regardez ensuite l’état du système de freinage ainsi que celui de la jante. Tapez sur les rayons pour voir comment ils sonnent. L’idée n’est pas d’essayer de rejouer du Beethoven, mais de déceler un rayon complètement détendu. Si c’est le cas, vous êtes bon pour un réglage en garage. Gigotez la roue avant. S’il y a du jeu, c’est que les roulements sont cuits. Inspectez les amortisseurs, ils ne doivent pas présenter de fuites. Essayez de les compresser en appuyant sur le guidon, ils ne doivent pas être trop mous, ni trop durs.

Passez ensuite au guidon.

Testez toutes les commandes électriques (clignos, klaxon, etc..). Actionnez les leviers de frein et d’embrayage, il ne doit pas y avoir de point dur. Le compteur ne doit pas avoir de buée à l’intérieur. Avec l’aide du proprio, mettez le sidecar sur la béquille centrale pour délester la roue avant. Une fois fait, tournez le guidon de butée à butée, il ne doit pas y avoir de point dur. Si c’est le cas, il faudra changer le roulement de fourche.

On passe ensuite au moteur.

Il ne doit pas y avoir de traces d’huile. Vérifiez le niveau d’huile moteur et de boite. Regardez l’état des visses, elles ne doivent pas être usées. Essayez le kick, il ne doit pas y avoir de dent qui saute. Inspectez aussi l’état du flector.

On continue en passant à l’arrière du véhicule.

Vérifiez l’état du pneu, du système de freinage, des amortisseurs, de la jante, de ses rayons et du roulement de roue. Très important, faites travailler le bras oscillant en latéral, il ne doit pas y avoir de jeu. Vérifiez le niveau d’huile du pont 2WD et assurez-vous qu’il n’ait pas de jeu au pont ainsi qu’aux croisillons. Ils doivent être graissés. N’oubliez pas, un bon Ural est un Ural bien gras !

On passe au panier.

Pour la troisième fois, vérifiez l’état du pneu, du système de freinage, de la jante, des rayons, de l’amortisseur et du jeu de roulement. Inspectez les croisillons de transmission, ils doivent être graissés généreusement. Inspectez l’intérieur du panier, sous le tapis, pour déceler d’éventuelles traces de rouille. Même chose pour le coffre !

Toujours faire un essai du sidecar sur route avant d'acheter

Demandez au vendeur de faire un essai sur route. S’il ne veut pas, proposez-lui en tant que passager. S’il ne veut toujours pas, vous pouvez couper court à la conversation car c’est qu’il doit y avoir un souci.

Au démarrage du moteur, soyez attentif à tout bruit suspect ou cliquetis. Assurez-vous que l’engin tienne bien le ralenti. Testez l’embrayage moteur tournant. Maintenir débrayé quelques secondes en écoutant d’éventuels bruits suspects. Une fois partis, demandez à passer toutes les vitesses. Ça doit se faire sans à-coup tout en souplesse. Enfin, il ne faut pas oublier d’essayer la marche arrière ainsi que le passage en 2 roues motrices.

Une fois le tour effectué, vérifiez qu’aucune fuite n’est apparue.

Voilà, en suivant toutes ces recommandations, vous devriez vous éviter de futurs ennuis. Ça ne remplace évidemment pas l’avis d’un spécialiste ! Mais si comme nous, vous n’en n’avez pas un sous la main, c’est une bonne alternative. Il est à noter qu’un Ural, malgré son aspect robuste, réclame beaucoup d’attention dans sa maintenance. L’achat est donc le premier pas dans la relation « je t’aime, moi non plus » que vous aurez avec. Mais comme le dit l’adage : le cœur a ses raisons que la raison ignore.
Allez, bonne route à tous !

Un énorme merci à Johnny Jadali pour ces précieux conseils,  et à Frédéric Beurné pour son aide.

 

>> Lire l’article sur comment préparer un sidecar pour un road trip au long cours.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :