Amortisseurs pour side-car Ural : notre comparatif Fournalès / Shock Factory

L’Ural est une machine de guerre. Et comme tout bon véhicule militaire, le confort a été sacrifié sur l’autel de la robustesse. En effet, la souplesse des amortisseurs d’origine a les mêmes caractéristiques que le bois ! Alors que faire pour épargner son séant ? En changer est un premier un élément de réponse. D’autant plus que l’offre commence à se développer avec notamment Hagon, Sachs ou encore HCS. Alors lesquels choisir ?
Dans cet article, nous vous proposons un comparatif Fournalès vs Shock Factory. Deux modèles made in France radicalement opposés tant en technologie qu’en budget. Bonne lecture !

Amortisseurs Shock Factory

Shock Factory est le genre d’entreprise qu’on adore. Pourquoi ?

Parce qu’elle a été créée par un passionné pour des passionnés. Mike Capon, le gérant, est un multiple champion en moto d’endurance, voiture de rallye et side-car de vitesse. Le gars sait donc de quoi il cause. La conception, la fabrication ainsi que les tests sont réalisés dans leurs locaux en Isère. On est sur du 100% français !

Quel modèle pour l’Ural ? Le 2win.

La première chose qui choque quand on le tient dans la main, c’est sa légèreté. Et pour cause : le corps de l’amortisseur est en aluminium taillé dans la masse. La finition est bien travaillée, notamment grâce au processus d’anodisation naturelle. Comment les règle t-on ? Il est possible d’ajuster la précontrainte du ressort avec la clef fournie ainsi que la souplesse en jouant sur la molette. 14 positions sont disponibles modifiant de manière synchronisée la détente et la compression.

A noter que les amortisseurs sont réglés en usine en fonction de votre usage (bagages, roulage duo/solo, etc…). Une fois reçus, il n’y a plus qu’à les monter.

Très bien, mais alors combien ça coûte ? 1070€ le pack de 5, soit 214€ l’unité. Incroyable, non ?

Amortisseurs Fournalès

Implantée à Toulouse, la société a elle aussi été fondée par un passionné de bécanes.

Jean-Pierre Fournalès, ingénieur mécanicien doublé d’un pilote international de motocross, a créé son entreprise en 1978. 40 ans d’existence !

Passons maintenant à la technique car les amortisseurs Fournalès sont très particuliers.

Il s’agit de combinés oléopneumatiques. Quèsaco ? Tout comme les Shock Factory, l’amortissement est hydraulique. Par contre, la partie suspension ne repose pas sur un ressort hélicoïdal mais pneumatique. Ce concept high-tech, fruit de 31 ans de recherche, propose un confort incroyable. Ok, mais quid du prix ? Comptez environ 1450€ pour le lot de 5. Et oui, la technologie a un coût.

Comparatif Shock Factory vs Fournalès, qu'en pense t-on ?

Ayant roulé avec les deux modèles sur quelques milliers de bornes, nous partageons avec vous notre expérience avec un retour détaillé. Étant amoureux de tout-terrain, nous avons pu les pousser dans leurs retranchements, notamment lors de nos aventures sur le TET.

Confort

C’est le critère essentiel pour les suspensions. Et selon nous, les Fournalès sont largement au-dessus. La technologie « full-gaz » présente un amorti incroyable. On a vraiment l’impression de rouler sur un nuage. Sur route, les aspérités de l’asphalte passent inaperçus. Et sur les chemins, on franchit les ornières sans s’en rendre compte. J’exagère mais l’idée est là.

Réglages

Un seul réglage disponible sur les Fournalès : la pression du volume d’air réalisant l’amorti. Pour rendre les suspensions plus raides, on va introduire de l’air grâce à la pompe fournie. Et pour plus de souplesse, il suffit de dégonfler. Le souci, selon nous, c’est que cette pression agit sur la raideur mais en même temps, sur l’assiette du véhicule. Il faut donc être vigilant lorsqu’on modifie la dureté des amortisseurs à ne pas altérer la géométrie de l’Ural.

Les Shock Factory, quant à eux, permettent des réglages plus précis.

Installation

Les deux modèles se montent très facilement. Côté Fournalès, on a la possibilité de dégonfler entièrement l’amortisseur ce qui facilite légèrement le montage au niveau du pont arrière.

Robustesse

Le combiné oléopneumatique présente un confort incroyable. Par contre, si un joint interne fuit ou casse, on perd la partie suspension. On se retrouve donc avec la roue dans le garde-boue, c’est le moment d’appeler son dépanneur. A noter que Fournalès peut facilement reconditionner ce type de souci.

Les Shock Factory, combinent ressort hélicoïdal et amorti hydraulique,. Si le joint d’huile fuit, on conserve quand même une assiette normale. Ceci permet de continuer à rouler jusqu’au prochain garage.

Budget
  • 1000€ les Shock Factory
  • 1600€ les Fournalès
Alors que choisir ? Et bien, ça dépend de votre usage. En ce qui nous concerne, nous avons adoré le confort incroyable des Fournalès. Mais, nous avons quand même décidé de passer sur des Shock Factory.
Pourquoi ? Parce qu’en cas de casse en plein milieu des steppes mongoles, elles nous permettront quand même de rouler jusqu’au prochain garage. Alors qu’une défaillance sur un joint des Fournalès est assez rédhibitoire. Leur conception high tech n’est pas facilement réparable alors que les Shock Factory sont robustes tout en restant simples.

Selon nous, si vous recherchez du confort et que vous roulez en Europe, les Fournalès sont top. Elles permettent d’avaler les kilomètres en préservant l’état de son séant. Et si, comme nous, vous prévoyez des voyages sans possibilité d’assistance extérieure, il faudra privilégier la conception plus simple des Shock Factory.
 
>> Lire l’article sur comment calculer son budget pour un road trip.

4 commentaires sur “Amortisseurs pour side-car Ural : notre comparatif Fournalès / Shock Factory”

  1. Salut Jérémy,
    Pour des raisons identiques aux tiennes, je viens d’investir dans des amortisseurs « Shock Factory » mais je ne les ai pas encore montés …
    Rassures-moi, même si le confort n’est pas comparable à celui des « Fournalès », celui apporté par les « Shock » apporte tout de même un réel plus ?
    As-tu constaté un GROS écart de confort entre les 2 modèles ?
    J’ai des soucis de dos (4 hernies discales dont 1 très volumineuse qui provoque de fréquentes sciatiques), il me faut donc impérativement optimiser ce point …
    Merci d’avance pour ton retour et au plaisir de se rencontrer (si vous passez par les Ardennes, n’hésitez surtout pas à faire une halte chez-nous).
    Bien Uralistement,
    Didier

    1. Salut Didier,
      Quand nous avons acheté notre Ural, il était déjà équipé en Fournalès 🙂
      Je ne peux donc pas vraiment te répondre quant à la différence amortisseurs d’origine versus Shock Factory.
      Par contre, les nombreux uralistes avec qui j’ai pu en discuter m’ont confirmé un gros apport de confort.

      Ensuite, il faut légèrement affiner le réglage des shock factory selon ton usage.
      C’est notamment le cas pour l’amortisseur du panier.
      Selon le chargement dedans, tu ne sentira pas de la même manière quand la roue se lève en sortie de virage à droite.
      Si la pré-contrainte du ressort est importante, le panier se lèvera sans signe avant-coureur.
      Alors qu’en diminuant la pré-contrainte, tu le sentira se délester progressivement.

      Voilà, voilà, j’espère que j’ai répondu à tes questions.
      N’hésite pas si tu en as d’autres 🙂
      Amitiés uralistes,
      Jérémy

  2. Bonjour les Uraleux,
    Très jolie vidéo, amusante de surcroit.
    On voit bien le travail de La Fourche à balancier.
    J’ai bien pensé à essayer de réaliser le test de la bière mais tout compte fait, j’ai préféré l’engloutir.
    Tout à fait d’accord, pour un voyage au long cours, mieux vaut privilégier la fiabilité ou la facilité en cas de réparation.
    J’ai opté pour les amortisseurs Schock Factory, Mike se trouvant à moins de cinq kilomètres de chez moi. On a parlé plus d’une heure de motos et autre.
    C’est un Grand Breton très sympathique.
    Continuez d’enrichir votre blog, j’ai toujours grand plaisir à le lire.
    Merci.

    1. Salutations,
      Merci beaucoup pour ton message !
      Pour la vidéo, on a essayé de rendre le test un peu ludique.
      En plus du travail de la fourche à balancier, j’ai beaucoup aimé observer les cardans faire leur boulot.

      Encore merci pour ces gentils mots.
      Amitiés uralistes,
      Marion & Jérémy

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *